GYNECEE PAR CAROLE ERNESTINE CHEVALIER (EXTRAIT)

 

« La chaleur m'étreignit ardemment. Je lui appartins d’emblée

et mes pensées brûlèrent dans cette fournaise. Je m'en débarrassais comme je venais de me débarrasser de mes vêtements, dans l’urgence et dans la peur. Pourquoi étais-je là ?

Ce n’était pas par besoin, ce n’était pas par manque, ce n’était pas par curiosité...  Ce n’était pas par devoir, ce n’était pas par défi, ce n’était pas par désir... Désir... Un mot proscrit. Un mot qui résumait mes actes en cet instant

où je bravais les règles, en cet instant où je m’apprêtais à exister. Désir... toi qui allait naître dans cette pièce cachée au coeur du bâtiment, cachée tel un trésor, cachée à la foule amassée au dehors et dont la respiration telle un souffle unique s’arrêta lorsque j’en poussais la porte.

 

Des rires m'accueillirent. Assourdis par la moiteur qui régnait en ce lieu,

ils résonnèrent en moi, dissipant au passage de leurs ondes les blocages accumulés dans ma chair par la tension.  .../... »